19 août 2015

Sauce aux prunes pour les Dodge Challenger et Charger 2016

De retour à la demande populaire, FCA offrira à nouveau la couleur Plum Crazy pour les Challenger et Charger 2016, mais pour un temps limité seulement.

La peinture Heritage Hue intitulée Plum Crazy sera à l’affiche au kiosque Dodge lors de l’événement Woodward Dream Cruise le week-end prochain au Michigan. « Les puissants muscle cars peintes avec des couleurs d’impact font du Woodward Dream Cruise le décor parfait pour introduire les dernières versions de la Challenger et de la Charger arborant la peinture Plum Crazy, » a cité Tim Kuniskis, président-directeur général des marques Dodge et SRT, FCA Amérique du Nord.

La couleur Plum Crazy est apparue pour la première fois sur les bolides Dodge en 1970, et selon FCA, elle demeure l’une des plus désirables pour les modèles Challenger et Charger.

La peinture prune sera livrable sur toutes les versions de la Dodge Challenger 2016, sauf la SXT de base, et incluant la SRT Hellcat. Quant à la Dodge Charger 2016, chaque finition peut être commandée en Plum Crazy, incluant la SRT Hellcat ainsi que la version SXT – si cette dernière est équipée de roues de 20 pouces.

FCA a également publié les chiffres de production pour tous les modèles Challenger et Charger vendus depuis 2006 et disposant d’une peinture de type Heritage Hue à tirage limité. Cette palette de 21 couleurs comprend notamment Top Banana, Sublime, B5 Blue, Copperhead, Furious Fuchsia et Green with Envy.

La production des modèles 2016 peints avec la couleur Plum Crazy s’amorcera en novembre, et FCA prendra les commandes seulement d’ici la fin de l’année 2015.

18 août 2015

JEEP : UNE MARQUE, UNE LÉGENDE ET DES VÉHICULES UNIQUES

Jeep est une marque légendaire, mais aussi un nom commun. Comme plusieurs personnes appellent une boisson gazeuse un « Coke », de nombreux conducteurs disent rouler en « Jeep » même s’ils possèdent un Subaru Forester depuis des années. Normal quand on pense au Jeep Willys original qui a non seulement inauguré un nouveau genre de véhicule, mais qui a aussi marqué l’imaginaire collectif en aidant l’armée américaine durant la Seconde Guerre mondiale. Sans trop entrer dans la riche histoire de la compagnie, on peut dire que plusieurs modèles ont laissé leur trace au cours des 7 dernières décennies et plus. Il y a eu des variantes et des éditions spéciales à profusion – certaines plus populaires que d’autres – et toutes ont contribué à développer le culte de la marque Jeep. J’ai notamment un faible pour le Jeepster, le Grand Wagoneer, le CJ et mon préféré : le Comanche. L’engouement pour les Jeep est colossal et le potentiel de commercialisation à la grandeur de la planète l’est tout autant. Si vous ne me croyez pas, demandez au PDG de Fiat Chrysler Automobiles (FCA), Sergio Marchionne.

Contrairement à MINI qui semble diluer sa gamme de produits à vue d’œil, Jeep pourrait probablement doubler le nombre de ses modèles (de 6 à 12) et quand même enregistrer des profits. Le retour du Grand Wagoneer n’est qu’un exemple : je parie que des milliers de gens sont prêts à dépenser plus de 70 000 $ pour un gros Jeep de luxe. Je suis sérieux. Dans mon esprit et celui de plusieurs autres personnes, Jeep a plus de cachet que bien des marques soi-disant de luxe. Imaginez un 4x4 avec un autocollant de Willys dans le coin du parebrise qui viendrait rivaliser avec un Cadillac Escalade de près de 100 000 $. Si j’en avais les moyens, je l’achèterais!

De même, je suis convaincu que d’innombrables consommateurs attendent impatiemment la venue de nouveaux modèles arborant la fameuse calandre à 7 fentes. En mars dernier, Jeep a présenté 7 véhicules-concepts qui ont fait saliver tous les amateurs. Si seulement un de ceux-là venait à sortir de l’usine, ce serait la cohue, croyez-moi. Plus tôt cet été, je me suis rendu à Chelsea, au Michigan, pour essayer divers véhicules de FCA, dont plusieurs modèles 2016. Un embargo nous empêche de vous en dire plus jusqu’à septembre, mais entretemps, je peux vous donner des détails sur les concepts Jeep en question : 

J-12 : Il n’était pas sur place, mais je l’inclus quand même dans cette liste, car il est vraiment cool. Le J-12 se présente comme une camionnette rudimentaire aux capacités limitées, mais qui devient le véhicule idéal pour une fin de semaine de pêche. En outre, son devant rappelle le Cherokee original. 

Chief : Celui-ci est terriblement accrocheur et s’inspire également du Cherokee original, ce qui est brillant. Voyez-le comme un vieux camion modernisé, dans une formule qui s’apparente à celle utilisée pour l’actuelle Dodge Challenger.

Staff Car : Un Jeep sans portières et minimalement équipé pour conduire des hauts gradés de l’armée. Classique. 

Wrangler Africa : Comme son nom le suggère, ce 4x4 est parfait pour explorer la savane africaine ou le désert. Il renferme un moteur diesel de 2,8 L offrant beaucoup de couple et d’autonomie. 

Grand Cherokee Overlander : Ce Grand Cherokee est malade! C’est le rêve d’un passionné de Jeep modifiés avec une suspension pneumatique, un treuil, un moteur diesel de 3,0 L et une tente rigide sur le toit. On pourrait le conduire n’importe où sans s’arrêter.

Renegade Desert Hawk : Le Renegade est un petit utilitaire sensas et un des modèles préférés de l’équipe d’Auto123.com. Il devient encore plus charmant avec une gamme d’accessoires Mopar et des pièces de performance Jeep. 

Cherokee Canyon Trail : Oubliez le look (c’est chose faite dans mon cas), ce Cherokee séduit par son jeu de couleurs, ses plaques protectrices additionnelles en dessous et ses composantes qui maximisent l’adhérence hors route. L’habitacle, lui, est revêtu de Katzkin pour un cachet plus luxueux.

Wrangler Red Rock Responder : N’ayez crainte! Même si vous aboutissez au beau milieu de nulle part, ce Wrangler modifié a ce qu’il faut pour affronter les pires terrains et vous ramener sain et sauf à la maison.

Source: auto123.com

6 août 2015

Une collection de 79 Dodge Viper à faire rêver!

Wayne Rauh et son épouse D'Ann entretiennent depuis plusieurs années une passion peu commune pour la Dodge Viper, au point de posséder aujourd'hui une collection comprenant pas moins de 79 modèles de la muscle-car américaine.

Le couple qui a récemment pris livraison de ses deux derniers bijoux à l'usine d'assemblage de Conner Avenue, à Detroit, à cette fois opté pour des modèles Viper SRT GTC personnalisés arborant des livrées marron à bandes noires pour l'un, et pourpre à bandes argentées pour l'autre. Les deux Viper SRT GTC dont les finitions ont été choisies dans le programme « 1 of 1 » du constructeur américain offrant pas moins de 50 millions de combinaisons de personnalisations uniques (16 000 teintes de carrosserie et 48 000 combinaisons possibles avec les bandes), disposent sous leur capot de blocs V10 8.4 litres de 654 ch et 813 Nm. La Viper GTC à la teinte pourpre se démarque enfin de l'autre modèle grâce à l'installation d'un splitter, d'un diffuseur et d'un imposant aileron arrière, et par un set de jantes au design distinctif.

Le montant de la facture pour ces deux modèles n'a pas été précisé mais devrait s'élever à plus de 200 000 $, chaque Viper SRT GTC étant proposée dans sa version de base à 95 000 $ (88 698 €). Mais quand on aime...

4 août 2015

Les Hellcat de Dodge au top des plus populaires

Dodge va bientôt ouvrir ses carnets de commandes pour ses versions Hellcat 2016 des Charger et Challenger SRT. Elles ont été tellement populaires en 2015 que Dodge va augmenter significativement la production pour s’assurer que les concessionnaires n’en manquent pas.

Tim Kuniskis, président et directeur général des marques Dodge et SRT, a affirmé dans un communiqué émis lundi que Dodge n’aurait pu demander un accueil plus enthousiaste pour ses sportives extrêmes. Il a aussi souligné que pour satisfaire la forte demande, Dodge doublera la production des Hellcat 2016 et simplifiera le processus d’achat. De plus, ceux qui avaient acheté un modèle 2015 qui n’a pas encore été construit recevront un rabais s’ils refont la demande d’un modèle 2016.

La Dodge Challenger SRT Hellcat est, selon Dodge, le plus puissant «muscle car» jamais produit grâce à son moteur V8 HEMI Hellcat de 707 chevaux et 650 livres-pied de couple. Le V8 6,2 litres est également le premier moteur HEMI turbocompressé. La Dodge Challenger SRT Hellcat est le «muscle car» le plus puissant certifié par la National Hot Rod Association (NHRA), son quart de mille étant réalisé en 11,2 secondes avec ses pneus Pirelli P Zero de série. En montant des pneus de «drag» sur les jantes, le quart de mille peut être fait en 10,8 secondes. Pour 2016, la Challenger SRT Hellcat offre des sièges en cuir Laguna, un écran de navigation Uconnect de 8,4 pouces, la radio HD et cinq ans de SiriusXM Travel Link et SiriusXM Traffic.

La Dodge Charger SRT Hellcat n’est pas en reste. Elle offre le même monstrueux moteur de 707 chevaux, une vitesse de pointe de 326 km/h et un quart de mille certifié par la NHRA réalisé en 11,0 secondes sur les pneus Pirelli P Zero de série. Elle est ainsi la berline de production la plus rapide au monde. Elle offrira pour 2016 les mêmes nouveaux équipements que sa sœur Challenger SRT Hellcat.

Le début de la production des Dodge Charger et Challenger 2016 est prévu pour septembre à l’usine ontarienne de Brampton.

Source: autoexpert.ca

3 août 2015

Les profits de Fiat Chrysler bondissent de 69%

Le constructeur automobile italo-américain Fiat Chrysler Automobiles (FCAU) a dégagé un bénéfice net de 333 millions d'euros (un euro = 1,43$ CAD) au 2e trimestre 2015, en progression de 69% par rapport à 2014, et annoncé une révision en hausse de ses prévisions pour l'année 2015.

Fiat Chrysler table ainsi désormais sur un chiffre d'affaires de plus de 110 milliards d'euros (contre 108 milliards auparavant) et sur un EBIT (résultat avant intérêts et impôts) ajusté de 4,5 milliards d'euros ou plus (contre 4,1-4,5 millards EUR auparavant).

La prévision de bénéfice net ajusté en revanche demeure inchangée à 1-1,2 milliard d'euros, de même que celle de la dette (7,5-8 milliards d'euros). La prévision de livraisons mondiales a été pour sa part légèrement limée à 4,8 millions d'unités (contre une fourchette de 4,8-5 millions d'unités).

Ces annonces ont instantanément provoqué une ruée sur titre Fiat Chrysler à la Bourse de Milan: il grimpait de 4,77% à 13,85 euros dans un marché en hausse de 0,86% vers 8h50.

Toujours sur le deuxième trimestre 2015, le chiffre d'affaires du groupe a progressé de 25% à 29,2 milliards d'euros et le résultat avant intérêts et impôts ajusté de 58% à 1,525 milliard d'euros. La dette du groupe a reculé de 600 millions d'euros sur trois mois, s'établissant à 8 milliards d'euros fin juin.

23 juillet 2015

OUBLIEZ LES 707 CHEVAUX DE LA HELLCAT. VOICI LA HELLCAT X!

Cette Dodge Challenger Hellcat X unique ne sera pas commercialisée, mais bien attribuée lors d’un tirage pour une œuvre de charité appelée New Beginning Children’s Homes qui vient en aide aux enfants victimes de maltraitance. Cette Challenger Hellcat X est donc une édition spéciale créée uniquement pour l’occasion.

Ceux qui espèrent en obtenir une devront payer 3 $ les billets du tirage, en fait il y en aura deux à tirer, à condition d’allonger quelque 40 000 $ pour payer les taxes sur la valeur des Hellcat X si vous gagner. À propos, ce nom Hellcat X fait référence aux avions à moteur suralimenté XF6F de l’armée de l’air américaine qui ont dû être développés très rapidement pour affronter les avions Zero de l’empire nippon à la Seconde Guerre mondiale, dans le Pacifique.

En chiffres, le moteur V8 6,2 litres développe 805 ch et 800 lb-pi de couple grâce à l’addition de deux turbocompresseurs. C’est 200 ch de plus que dans une Lamborghini Huracan!

Avec le tirage, une Challenger R/T de 1970 de 375 ch équipée d’un moteur Magnum V8 440 po3 fait également partie du tirage.

La vidéo qui suit retrace l’origine du nom Hellcat X dans la Seconde Guerre mondiale.

Source: autonet.ca

22 juillet 2015

Spyshot : Jeep Cherokee

Concrétisation dans les faits de propos récemment tenus… Ces derniers jours Mike Manley, patron de la marque Jeep, évoquait le restylage dans les cartons du Jeep Cherokee.

Comme quoi, Mike Manley, patron de la marque Jeep, avait annoncé la couleur ou presque. Alors que le restylage du Cherokee était directement annoncé par le patron de la marque, un premier exemplaire vient d’être surpris sur la route.

Un exemplaire très lourdement camouflé (les spyshots en grand via ce lien) notamment au niveau de la face avant et de l’arrière. Une face avant qui a longtemps fait débat et qui évoluera. En douceur ou plus profondément à travers ce restylage ? Il faudra attendre que les camouflages s’estompent pour l’apprécier concrètement.

Selon certaines indiscrétions relayées dans les colonnes de médias américains, la marque pourrait profiter de ce restylage pour introduire un Jeep Cherokee Trailhawk plus musclé sur le plan mécanique et devant venir coiffer la gamme. On attend le lancement dans le courant de l’année 2016 et donc un millésime 2017 sur le marché américain.

21 juillet 2015

Jeep Renegade 2015 : les acheteurs sont séduits

Il a été créé en Amérique, mais le Jeep Renegade 2015 est construit en Italie aux côtés du multisegment Fiat 500X 2016, également nouveau. Un péché pour une marque américaine, certes, mais la plupart des acheteurs de Renegade ne le réalise probablement pas, alors peu importe. Souhaitons que sa fiabilité soit plus nord-américaine qu’italienne.

Les acheteurs ont plutôt été séduits par la forme trapue et l’air costaud du Renegade. Les phares ronds et la calandre à sept barres verticales, typiquement Jeep, s’agencent parfaitement avec l’attitude du multisegment, alors que les feux arrière intègrent des témoins de marche arrière uniques, en forme de X. Bon, être unique ne veut pas dire que tout le monde aime ça.

Deux moteurs sont offerts dans le Renegade, chacun disposant de sa propre boîte de vitesse. Un quatre cylindres turbo de 1,4 L, produisant 160 chevaux, est jumelé à une manuelle à six rapports, et cette motorisation est amusante à exploiter. On apprécie son embrayage léger et son couple généreux à bas régime pour les décollages rapides. Dommage que la prise en main du levier de vitesses en plastique soit si désagréable...

Ceux préférant éviter une pédale d’embrayage pourront choisir le quatre cylindres de 2,4 L, faisant équipe avec une automatique à neuf rapports. Il développe 180 chevaux, c’est plus que suffisant pour les tâches que l’acheteur typique fera subir au petit Jeep. En revanche, la boîte automatique est calibrée pour la conduite écoénergétique. Malheureusement, elle ne semble pas toujours savoir lequel de ses nombreux rapports est idéal pour la situation, et le passage de rapport est occasionnellement saccadé.

Le rouage à traction équipe le Renegade vous amènera au centre commercial sans rechigner. Toutefois, pour affronter nos rudes hivers canadiens et conserver une valeur de revente raisonnable, on vous suggère le rouage à quatre roues motrices. Appelé Active Drive, il envoie la puissance du moteur aux roues avant en conduite normale, mais peut réassigner jusqu’à 50 % de la puissance disponible aux roues arrière si une perte d’adhérence est détectée. Une molette rotative sur la console centrale vous permet de choisir parmi de nombreux modes de conduite, altérant le comportement de la mécanique.

En route vers le centre commercial

Le Renegade est offert en quatre variantes, bien que les deux plus abordables, Sport et North, soient pas mal similaires. Leur apparence adopte une approche minimaliste, alors que la version Limited bénéficie d’une calandre et de garnitures argentées ainsi que d’une plus longue liste de caractéristiques.

Le comportement routier du Jeep Renegade 2015 imite celui d’une voiture. Malgré son empattement court, le petit multisegment ne bardasse pas ses occupants dans la circulation urbaine et s’avère bien docile sur l’autoroute. En conduisant le Jeep et le Fiat 500X un après l’autre, j’ai trouvé ce dernier encore raffiné, quoique les deux chaussaient des pneus différents.

L’espace à l’avant est adéquat pour un multisegment sous-compact, et ne soyez pas surpris d’apprendre que deux occupants à l’arrière seront beaucoup plus à l’aise que trois, étant donné la largeur modeste du véhicule et le manque d’espace pour les pieds du passager au milieu. Avec un volume de 525 litres, l’aire de chargement est assez vaste pour le voyage hebdomadaire à l’épicerie, et abaisser les dossiers divisés procure un espace très pratique de 1 440 litres.

En route vers la plage

Outre un choix éclaté de couleurs de carrosserie, le Renegade devient encore plus cool en lui ajoutant le système de toits amovibles My Sky. Deux panneaux en composite peuvent être détachés, permettant une expérience de conduite à ciel ouvert. Toutefois, à plus haute vitesse, on se lasse assez vite des bourrasques et du bruit de vent dans l’habitacle.

De plus, plusieurs chaînes audio sont disponibles pour rendre le voyage à la plage plus agréable. Un système de base à quatre haut-parleurs se retrouve dans la version Sport, mais comprend un port USB pour brancher les lecteurs de musique portables. Des systèmes Uconnect plus complets sont optionnels, incluant des écrans tactiles de 5,0 ou de 6,5 pouces, une connectivité Bluetooth, une compatibilité de radio satellite et un système de navigation.

En route vers le chalet

Le seul Jeep Renegade 2015 qui mérite d’arborer l’écusson Trail Rated, c’est la version Trailhawk. Il dispose de l’Active Drive Low, signifiant qu’il est équipé d’un rapport de démultiplication de 20:1, d’un mode Rock pour escalader des surfaces rocheuses, d’une plus grande garde au sol et de plaques protectrices pour se lancer dans les sentiers. N’oublions pas les crochets de remorquage si l’on s’embourbe.

En dévalant le parcours Lyman Trail au Chelsea Proving Grounds de FCA, situé au Michigan, j’ai été surpris de voir à quel point le petit Renegade a su de débrouiller. Il s’est parfois écorché la bedaine en passant dans des ornières un peu trop profondes, mais autrement, il a facilement complété le parcours, et semblait solide comme le roc.

Le Jeep Renegade 2015 a tout pour plaire, sauf un prix d’aubaine. Il est offert à partir de 19 995 $ avant les frais de transport et de préparation, et pour cette somme, le climatiseur n’est pas inclus, contrairement aux versions de base des Honda HR-V et Mazda CX-3. Les finitions supérieures dépassent le cap de 30 000 $...

Cela n’empêchera probablement pas le Renegade de devenir un choix populaire dans le segment des utilitaires sous-compacts, tout en tapochant au passage quelques-uns de ses rivaux.

17 juillet 2015

Une Jeep Wrangler ornée de 4500 boîtes de nourriture

Quelle idée originale, une Jeep Wrangler ornée de 4500 boîtes de nourriture conçue pour ramasser des fonds pour un organisme de bienfaisance œuvrant auprès de ceux qui ont besoin d’aide alimentaire.

Il a fallu 12 heures à une équipe d’adolescents pour reproduire cette Jeep grandeur nature qui a été présentée à Vancouver sur la Place du Canada à l’occasion des festivités de la fête du Canada. Après quoi, la voiture est démontée pour offrir 3120 repas aux gens d’une banque d’aide alimentaire, la Vancouver Food Bank Society.

L’idée vient de Canstruction avec l’aide du groupe automobile FCA (Fiat Chrysler Automobile) qui participe à ces projets depuis plusieurs années. L’an dernier, une Dodge Grand Caravan fut créée, l’an prochain ce sera au tour d’une Dodge Viper or Challenger à l’occasion du Grand Prix F1 de Montréal pour la fondation Old Brewery Mission.

Source: autonet.ca

16 juillet 2015

FCA injecte 166 millions de dollars pour son site d’emboutissage de Sterling

Nouvelle enveloppe d’investissements annoncée ces derniers jours par le groupe FCA US. Ces nouveaux investissements concernent le complexe industriel implanté à Sterling Heights dans le Michigan.

Afin de répondre à une demande en augmentation, le groupe FCA US annonce donc de nouveaux investissements. Ce sont ainsi quelques 166 millions de dollars qui vont être injectés pour le site d’emboutissage de Sterling, à Sterling Heights, un complexe qui célèbre cette année son cinquantième anniversaire.

Les montants injectés vont être utilisés afin de mettre en place trois nouvelles lignes de presse, déjà en construction, pour un début d’activité avant la fin de cette année (dans le courant du quatrième trimestre 2015, plein régime dans le courant de la première moitié de l’année prochaine).

Le groupe FCA US précise que, à plein régime, la production de pièces embouties passera de 62 millions chaque année actuellement à quelques 75 millions. Pour mémoire, de ce site sortent des pièces de carrosserie notamment pour pick-up Ram ou Jeep Grand Cherokee.